Point Culture – Les joutes

Les premières joutes équestres apparurent en France dès le XIIe siècle.

À cette époque, les armures de plates n’existaient pas, les chevaliers étaient vêtus d’une cotte de mailles, d’un casque et d’un écu long en forme de goutte d’eau. Il n’y avait pas de lice (la palissade centrale) pour protéger les concurrents qui s’élançaient et se faisaient parfois face en mêlée. Le risque de blessures graves était très important car les chevaux et les cavaliers pouvaient s’entrechoquer de face et très violemment en plein galop.

L’église condamna rapidement ces épreuves de tournois et de joutes. Les Papes s’y opposèrent personnellement dès 1193.

Au XIIIe siècle, l’équipement s’améliora, les jouteurs portèrent désormais un grand heaume et le bouclier devint plus petit mais les cavaliers se croisaient sans séparation. Les accidents mortels étaient très nombreux et des règles commencèrent peu à peu à s’instaurer.

Les armures de plates firent leur apparition fin XIVe, elles commencèrent à se spécialiser. Les armures de joute étaient plus lourdes et moins articulées que celles de guerre, elles pesaient environ 30 Kg.

http://i19.servimg.com/u/f19/17/86/12/32/hjrk_b11.jpg

Par sécurité, une barrière, la lice, au long de laquelle galopent les chevaliers en sens inverse est mise en place à la fin du XIVe siècle. Les contre lices apparaissent également, elles évitent aux chevaux de faire des écarts une fois lancés dans la lice.

Les lances sont également sécurisées par un rochet, ce qui les empêche d’entrer dans la vue d’un heaume. Contrairement à une idée reçue, l’objectif du jouteur n’était pas de faire chuter son adversaire. Pour être déclaré vainqueur, il fallait briser le plus possible de lances sur l’armure des autres jouteurs.


En cas d’égalité, la longueur du morceau brisé permettait de départager les deux chevaliers. La dangerosité de ce sport nécessitait bien des adaptations, tant au niveau des armures qu’au niveau des lances. Elles évoluèrent également et devinrent de plus en plus lourdes avec une garde et une arrière main qui faisait office de balancier.

Source : Wikipedia

No Responses

  1. cedric vreven dit :

    pas mal la photo de la joute d’Aigues-Morte … en plus, j’ai participé à ce tournoi. Le gambison vert qu’on voit sur la gauche est celui du vainqueur du tournoi de combat à pied XIVe…

  2. cedric vreven dit :

    cela s’appelle aussi joute à pied, et à Aigues-Mortes, il y a à pied et à cheval, arcs et arbalettes

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :